programmation

  • "Une journée particulière" d’après Ettore Scola - nouvelle création de la cie Novecento

    Théatre - texte de Ettore Scola
    Rome, mai 1938 : le jour où Mussolini accueille Adolf Hitler, Antonietta rencontre Gabriele...
    — 
    Mise en scène et jeu  : Franck ADRIEN et Nadia LARBIOUENE
    Avec la participation de : Catherine CHARRIER
    Scénographie / décor  : Jean-Baptiste CLEYET

    Dates :
    du vendredi 7 au dimanche 9 Avril
    vendredi à 20h30
    samedi à 18h et 20h30
    dimanche à 16h30

    Tout public dès 13 ans

    Tarifs : 11 / 13 euros
    RÉSERVATIONS // Cie NOVECENTO 06.95.49.00.98 ou http://compagnienovecento.fr

    Le 6 mai 1938, Rome est en effervescence : Hitler rend visite à Mussolini. Dès le petit jour, les maisons se vident.

    Dans un immeuble d’un quartier populaire, les locataires, vêtus de l’uniforme fasciste, se précipitent tous pour assister au grand défilé qui permettait au Duce d’étaler devant le Führer toute la puissance guerrière du pays. Il ne reste plus que la concierge, un homosexuel mis en demeure par le régime, et une mère de famille : ces deux derniers se rencontrent.

    Elle, c’est Antonietta, épouse docile et mère exemplaire par son rôle de femme vivant dans l’ombre de l’homme-roi, comme le recommandait le régime.
    Lui, c’est Gabriele, ancien speaker de la radio qui a été écarté de son emploi, non pour des raisons politiques mais parce qu’on le soupçonnait d’être « différent » des autres (l’homosexualité était considéré comme l’atteinte suprême à la virilité du mâle italien).

    Au cours de cette journée historique, ces deux auditeurs silencieux, exclus de la fête fasciste, voient pour une fois leur personne, leurs impulsions, leur quotidien prendre le devant de la scène. Par leur rencontre et la perception de leur ressemblance en tant qu’exclus, ils parviennent, quelques heures durant, à échapper au rôle subalterne dans lequel on les a confinés jusqu’ici.

    « Je ne crois pas que le locataire du troisième soit antifasciste... C’est plutôt le Fascisme qui est anti locataire du troisième. »

    « Moi aussi souvent je me sens humiliée... considérée comme moins que rien... Mon mari ne me parle pas, il donne des ordres. Le jour... et la nuit. »

    JPEG - 212.2 ko
    JPEG - 240.9 ko

    Maison des Passages
    44, rue Saint-Georges
    Lyon 5e (Métro Vieux-Lyon)