programmation

  • Les résistances à l’esclavage : de la capture à la plantation…



    Pendant les quatre cents ans que dura la traite négrière (XVe- XIX e siècle), plus de 12,4 millions de prisonniers africains, réduits en esclavage, effectuèrent ce qu’on appelait le « passage du milieu » dont 1,8 millions trouvèrent la mort lors de cette traversée (résistance, maladie, rébellion…). Plusieurs millions périrent également entre le moment de l’enlèvement, la capture et la montée dans le fond des cales des bateaux négriers partis des ports de Lisbonne, Gorée, Liverpool, Nantes, Bordeaux, Lorient… (à cet instant-là, s’opérait alors le passage d’un contrôle africain à un contrôle européen).
    En 1700, la population de l’Afrique de l’Ouest et l’ouest de l’Afrique centrale est estimée à 25 millions de personnes, 6 régions africaines furent victimes de ces razzias sur les femmes, les hommes et les enfants : la Sénégambie, la Sierra Leone/La côte au vent, la côte de l’or, la baie du Benin, la baie du Biafra, et l’ouest de l’Afrique centrale (Congo et Angola). Très rapidement, pour des raisons de commerce et de rigueur statistique…, monter sur un bateau négrier signifiait : perdre son nom, devenir un numéro et être marqué au fer rouge mais également séparé de sa famille, de ses voisins de village, de sa communauté.

    Face à cette terreur, la résistance à l’esclavage a commencé dès la capture effectuée souvent très loin dans les terres africaines. Les meilleurs opposants à l’esclavage furent les esclaves eux-mêmes. Ils luttèrent contre le système esclavagiste dès les premiers instants et cette résistance prit plusieurs formes : le refus d’être pris, le maintien de la culture africaine (danse, musique, traditions…), les révoltes (nombreuses) dès le transport sur le navire, le suicide (préférer la mort à la captivité), l’avortement, le refus de se nourrir. Cette façon de se laisser mourir était si répandue qu’en Angleterre on fabriquait, en plus des fers, des speculum oris en métal pour contraindre celles et ceux qui refusaient de se nourrir, d’ouvrir de force la bouche. Cette résistance se poursuivit, avec le marronnage, à travers toutes les plantations des Amériques. Victor Schoelcher dira : « Il y eut des marrons dès qu’il y eut des esclaves ». Le marronnage (terme venant de l’espagnol « cimarron » qui signifie fuir, échapper, lui-même emprunté aux indiens Arawaks, habitants premiers de l’ile de la Martinique) constitue l’une des formes majeures de résistance à l’esclavage, avant la révolution de 1804 à Haïti dirigée par Toussaint Louverture.

    La terreur et la résistance, c’est Olandha Equiano qui les décrit dans son témoignage « Ma véridique histoire par Equiano Africain, esclave en Amérique, homme libre » : « Les blancs agissaient ainsi que je le pensais de manière sauvage (…) je n’avais jamais vu de tel cas de cruauté barbare chez un peuple. » Puis, il décrit en détail les humiliations, les assassinats, les coups de fouet et les corps donnés vivant aux requins…

    La terreur et la résistance, c’est Fabienne Kanor qui les décrit dans son livre « Humus » lorsqu’elle relate l’histoire de ces 14 femmes qui, en 1774, font le choix de se rebeller en sautant à l’eau du bateau négrier nantais « Soleil ».

    La traite négrière a permis que pendant quatre siècles le capitalisme naissant bénéficie d’une main d’œuvre gratuite. La terreur et la violence auront été indispensables au développement du capitalisme. Notre futur est fait de notre passé, l’esclavage et la traite négrière sont l’ombre du capitalisme, son visage sombre et inhumain.

     Débat
    · Quelle résistance à l’esclavage ?
    · Quelles sont les traces de l’esclavage dans Afrique contemporaine ?
    Avec Ganda Oumar Camara (RADDHO Diaspora)
    et Bernard Sovi-Guidi.


     Lecture
    par Le Collectif De l’âtre
    · Extraits du texte « Humus » de Fabienne Kanor.

    Paf : 6 euros
    Dans le cadre du cycle l’Archipel des Résistances en partenariat avec le Lyon Bondy Blog, CAMédia et Médiapart et la Compagnie de l’âtre

    Maison des Passages
    44, rue Saint Georges
    69005