Présentation

« A dix-sept ans j’avais des projets de voyage planétaire et seul.
Quarante ans plus tard j’ai traversé la banlieue parisienne en RER
avec Anaïk Frantz.
Ainsi vont se rétrécissant les plus grandioses projets.
Je ne suis pas sûr pourtant d’avoir découvert moins de paysages
dans ce voyage-là que je n’en aurais découvert dans l’autre.
Je parle évidemment des paysages humains. »
François Maspero - Transit & Cie


L’exposition François Maspero et les paysages humains se décline en trois temps...

Retour sur une période de l’histoire (1959-1982) et sur une maison d’édition originale. Originale dans sa forme (une véritable œuvre collective), dans son catalogue et dans l’aide apportée à la compréhension du monde pour les lectrices et lecteurs. Nous voulons également montrer que les livres ont une histoire longue.

Réflexion sur l’état de l’édition et de la diffusion du livre en France et sur l’importance de l’édition indépendante . En s’inspirant de deux textes écrits par François Maspero : le premier Main basse sur l’édition (La Quinzaine littéraire, 2005), autour du livre de Schiffrin aux éditions La Fabrique L’Édition sans éditeur et le second à propos de l’héritage des éditions Maspero (revue Médium, décembre 2004).

Rencontre avec François Maspero, aujourd’hui écrivain, chroniqueur et traducteur. Cette rencontre s’organisera autour de trois réflexions :

  • La première est celle contenue dans l’aphorisme de René Char : « La lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil », car derrière « le sourire du chat » se cache l’exigence de la lucidité.
  • La deuxième est celle de Michel Piccoli dans une interview à France Culture : « Maspero est un héros moderne en révolution, pas en révolte ; il est toujours actif, tant pis s’il en rougit. Ce n’est pas un renégat. Maspero est un homme d’exil intérieur... »
  • La dernière est celle énoncée par Edwy Plenel dans la préface de L’Honneur de Saint Arnaud dont nous retiendrons ici ces quelques mots : « les salauds de tous les partis ont sans doute crié victoire quand en 1982 ils ont vu François Maspero renoncer à son métier d’éditeur. Mais ils se sont réjouis trop vite : ils avaient oublié l’auteur.... L’inquiétude qui est l’antichambre de l’espérance. Cette inquiétude qui ne cessera d’animer pour notre bonheur, François Maspero... En couverture de son premier livre Le sourire du chat où se lisent les blessures qui l’ont façonné, Maspero glisse cette confidence longtemps retenue : “j’ai peiné à retrouver le sens du mot liberté”. J’invite à le lire tout simplement parce que ce mot, il nous l’a appris. »


    Toutes les informations sur l’exposition "François Maspero et les paysages humains"
    Cliquez ICI

PDF - 617.1 ko
Le dossier de Presse

Réalisation de l’exposition
Création commune : : Librairie A plus d’un titre et la Maison des Passages
Conception de l’exposition : : Alain Léger & Bruno Guichard
Conseiller scientifique : : Julien Hage ( Université de Versailles - Saint-Quentin-en-Yvelines )
Administration : : Camille Favier, Marcel Beauvoir, Gilles Luquet
Maquette Graphisme : : Nathalie Peyrard Léger